La 5ème Division Blindée

1942 - 1945

Novembre 1942 Les Américains débarquent en Afrique du Nord et acceptent, peu de temps après, de rééquiper l'Armée française.
Pâques 1943 Les premiers chars arrivent en forêt de Sibara, à 100 km de Rabat. Ils sont reçus par le 1er et 11ème Régiment de Chasseurs d'Afrique.
1er Mai 1943 La Division est créée, sous les ordres du Général de Vernejoul. Elle prend le nom de 2ème D.B, qu'elle garde jusqu'au 9 juillet, date à laquelle elle devient définitivement la 5ème D.B.
Juillet 1943 Après un grand défilé à Rabat, les 1er et 11ème R.C.A partent pour l'Oranie. La 5ème D.B en formation est étirée depuis Marrakech (31ème Groupe de F.T.A ancêtre du 485ème G.A.A) jusqu'en Tunisie où se trouve le 62ème Régiment d'Artillerie (qui donnera naissance à l'actuel 24ème R.A).
La Division prend rapidement son équilibre, au milieu des difficultés.
Décembre 1943 Toute la 5ème D.B est rassemblée autour d'Arzew, près d'Oran, où elle apprend la technique des embarquements et débarquements. Elle est envoyée ensuite en position d'attente dans la région d'Oujda, à la frontière algéro-marocaine.
Mai-Aout 1944 Grandes manœuvres de la Division au camp de Bedeau, dans le sud algérien. Puis de nouveau position d'attente au bord de la mer, autour d'Oran. La division, prête au combat depuis un an, voit se dérouler sans elle la campagne d'Italie et le débarquement allié en Normandie. Elle redoute de n'être pas employée. Cette crainte est confirmée par le départ de la division sœur, la 1ère D.B, pour la France.
Septembre 1944 Enfin, par alerte, embarquement à Oran et débarquement en Provence (Marseille - Toulon - St Raphaël). Regroupement près d'Aix. Remontée du Rhône et de la Saône, la 5ème D.B fait partie de la 1ère Armée française, commandée par le Général de Lattre de Tassigny.
Octobre 1944 La Division est stationnée dans la région de Lure-Luxeuil ; Elle reçoit en renfort le Régiment F.F.I de Franche-Comté, qui lui sera bientôt repris. Elle est articulée en trois groupements (Combat-Commands = C.C) appuyés par les unités divisionnaires et les services.
5 novembre 1944 Le Combat Command N°6 ( C.C.6) est engagé le premier dans les Vosges.
15 novembre 1944 Les C.C.4 et C.C.5 prennent part à l'attaque dans la Trouée de Belfort, dans le cadre du 1er Corps d'Armée.
17 novembre 1944 Libération d'Héricourt par le C.C.4 et de Montbéliard par le C.C.5.
20 novembre 1944 Le C.C.6 pénètre le premier dans Belfort.
27 novembre 1944 Le C.C.4, aidé par la Brigade Alsace-Lorraine (F.F.I), libère Dannemarie, pendant que la 1ère D.B nettoie la région de Mulhouse.
Décembre 1944 Le C.C.6 continue son action vers l'Alsace et libère Thann le 10 décembre.
Les C.C.4 et C.C.5 sont mis à la disposition du 2ème Corps d'Armée qui, descendant des cols des Vosges, s'apprête à attaquer en direction de Colmar. Le 2ème C.A ne peut déboucher dans la plaine d'Alsace à cause des inondations. Le C.C.4 libère Orbey après de très durs combats. Le C.C.5 se couvre de gloire à Kaysersberg.
Puis les trois Combat-Commands bénéficient d'un court repos.
Janvier 1945 La Division prépare les opérations qui achèveront de dégager l'Alsace. L'attaque est lancée, en liaison avec les Américains, en fin janvier. Les trois C.C, après des combats acharnés, libèrent la plaine d'Alsace au nord et à l'est de Colmar. Jebsheim (C.C.6) connaît l'action la plus violente.
2 février 1945 Le C.C.4, par une " manœuvre de cavalerie ", libère Colmar où le Général de Gaulle entrera solennellement le 10 février. La 5ème D.B est citée à l'ordre de l'Armée.
Après la réduction de la poche de Colmar, la 5ème D.B est affectée à la protection de Strasbourg, qui avait été libérée par un raid fulgurant de la 2ème D.B.
18 mars 1945 Le 96ème Génie (ancêtre du 9ème Génie), qui s'est dépensé sans compter depuis l'attaque de novembre, est mis à la disposition de l'armée pour le franchissement du Rhin.
1er avril 1945 Un sous-groupement du C.C.4 franchit le Rhin par moyens discontinus à Germersheim.
2-3 avril 1945 Le reste du C.C.4 passe le fleuve à Mannheim, suivi du C.C.5 et du C.C.6. La 5ème D.B tout entière combat au-delà du Rhin. Le rêve d'Afrique du Nord se réalise.
Le calendrier ne permet plus, dès lors, de se représenter les opérations des combat-commands de la Division pourchassant en Pays de Bade, en Forêt-Noire et en Wurtemberg un ennemi qui s'écroule mais qui livre encore de furieux combats locaux où tant des nôtres paient la victoire de leurs souffrances et de leur vie.
Karlsruhe, le Neckar, Pforzheim, Tübingen le 19 avril (C.C.5), Stuttgart enfin, le 21 (C.C.6 et C.C.4) - et tout de suite après, sans le moindre repos, demi-tour vers le sud en direction de Rottweil, de Sigmaringen et du Lac de Constance. La division est renforcée par quelques unités, dont le 2ème R.S.A et le 19ème B.C.P, qui l'aideront à couper aux unités allemandes de Forêt-Noire leur direction de repli vers le " réduit bavarois ".
29 avril 1945 Le C.C.4 pénètre le premier en Autriche et s'empare de Bregenz.
4 mai 1945 La 5ème D.B reçoit les plénipotentiaires de la 14ème Armée allemande, qui viennent offrir leur reddition.
6 mai 1945 L'armistice trouve le C.C.5 à Bludenz et au col de l'Arlberg.
La 5ème D.B est pour la deuxième fois, citée à l'ordre de l'armée. La victoire acquise la Division, au cours d'émouvantes cérémonies, rend honneur à ses morts. Puis elle est retirée d'Autriche et s'installe dans la partie sud du Wurtemberg, au nord du lac de Constance.
Une nouvelle mission l'attend alors, qu'elle partage avec toute la Première Armée : montrer aux Allemands intoxiqués par une propagande mensongère le vrai visage de la France, la force de sa jeunesse, sa discipline, son élégance morale, sa " gentillesse ", après les dures exigences d'une guerre sans merci.
Le P.C de la Division est à, Uberlingen, puis à Sigmaringen dans le château des Princes de Hohenzollern. C'est l'époque brillante des débuts de l'occupation, la détente après l'horreur des combats.
La Légion Etrangère, au lendemain de la victoire, repart en Afrique du Nord. Le 2ème R.S.A prend la place du 1er Etranger de Cavalerie, et la 6ème Demi-Brigade de Chasseurs (19ème, 20ème et 24ème B.C.P) forme l'Infanterie Divisionnaire à la place du glorieux R.M.L.E.


Retour